Marta Dominguez

Marta Dominguez

Associate Professor en sociologie, Sciences Po OSC / EGERA
 
Biographie :

Marta Dominguez Folgueras a rejoint l’OSC en tant qu’Associate professor en sociologie le 1er janvier 2013.

Son travail relève de la sociologie de la famille, de la sociologie de l’emploi du temps, et de la sociologie du genre. Ses recherches actuelles portent sur la formation de couples et sur les comportements au sein de la famille, en particulier sur la division des tâches domestiques et de l’attention aux enfants, avec un intérêt particulier sur les inégalités du genre.

As of January 1st, 2013, Marta Dominguez-Folgueras has officially joined the Centre for Studies in Social Change as an Associate Professor of Sociology. In 2007, she completed her thesis, Why Marry? A comparative Study of Union Formation in Spain, Germany and Franceunder the direction of Richard Breen and Teresa Castro-Martin at the Complutense University of Madrid. 
Her work focuses on the sociology of family and gender and she contributes to Trans Parent, a European research program which studies the division of domestic duties among couples. 
Marta Dominguez-Folgueras also teaches first and second year courses at Sciences Po, including the Introduction to Sociology and the Sociology of Family.

tl_files/presage/images/icons/pdf.jpeg télécharger le CV de Marta Dominguez Folgueras

 
Enseignement :
Famille, genre et société
 
Ecole Doctorale - Printemps
Sociologie au prisme du genre
 
Cours séminaire dans la majeure de Sociologie - Printemps
 

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !

 
 
<< Mai 2017 >>
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
 
Il n'y a pas d'événements.
ASSISES DE L'IEC 2017 "Contre le sexisme: corps en action" 23-06-2017

Université Paris Diderot, amphithéâtre Buffon, 15 rue Hélène Brion (Paris 13e), 9h-18h

Les 9es Assises de l’IEC visent à montrer que les actions et les stratégies de résistance au sexisme sont multiformes.

Qu’il soit brutal ou insidieux, le sexisme prend aujourd’hui une importance nouvelle dans des stratégies politiques conservatrices qui manient sans complexe la misogynie, l’homophobie, les attaques contre les acquis féministes et les analyses en termes de genre. Alors que nos sociétés se réfèrent à des valeurs d’égalité, le sexisme est encore et toujours producteur d’inégalités et de discriminations. Parent du racisme, qu’il redouble parfois, il s’appuie, comme ce dernier, sur une représentation caricaturale et essentialiste des corps, qui semblent n’exister que pour incarner une masculinité hégémonique et une féminité soumise, disponible, séductrice. Mais il n’y a pas de fatalité au sexisme, les réponses sont nombreuses et actives