Bruno Latour

Bruno Latour

Professeur, Directeur adjoint de Sciences Po, chargé de la politique scientifique
 
Biographie :

Bruno Latour, né en 1947 à Beaune, en Côte d'Or, après une agrégation de philosophie, s'est formé à l'anthropologie en Côte d'Ivoire. Il a longtemps enseigné dans des écoles d'ingénieur, le CNAM d'abord, puis l'Ecole des Mines où il avait rejoint le Centre de sociologie de l'innovation en 1982. De juin 2007 à juin 2012 il a été directeur adjoint de Sciences Po chargé de la recherche.
Depuis septembre 2006, il est professeur à Sciences Po, Paris. 
Son premier livre La vie de laboratoire (1979 pour la première édition anglaise; traduit en six langues) décrit le fonctionnement quotidien d'un laboratoire californien en utilisant des méthodes ethnographiques. Il a travaillé ensuite sur les liens entre la révolution de Pasteur et la société française du 19° siècle (Les Microbes Guerre et paix, 1984, traduit en quatre langues). De plus en plus intéressé par les multiples connections entre la sociologie, l'histoire et l'économie des techniques il a publié un livre de synthèse (La science en action, Poche, Folio, 1987 pour la première édition en anglais; traduit en dix langues) et de nombreux articles sur l'innovation technique. Une étude de cas sur un métro automatique Aramis ou l'amour des techniques (Prix Roberval 1992, traduit en deux langues) lui a permis de résumer les recherches effectuées depuis de nombreuses années sur la dynamique des innovations et la philosophie des techniques qu'elle implique.
Ses intérêts pour les questions de gestion et de d'organisation de la recherche vont de pair avec des travaux d'anthropologie philosophique comme Nous n'avons jamais été modernes (1991, traduit en trente langues) et de culture scientifique comme dans Petites leçons de sociologie des sciences (La Découverte), traduit en quatre langues).
Il a publié Paris ville invisible, un travail de théorie sociologique à partir d'enquêtes photographiques (traduit en quatre langues); et Politiques de la nature-comment faire entrer les sciences en démocratie (traduit en huit langues) qui fait la synthèse des travaux sur la philosophie de l'environnement. Il a publié également un ouvrage sur l'ethnographie du Conseil d'Etat La fabrique du droit (traduit en trois langues). L'espoir de Pandore, traduit de l'anglais par Didier Gille, paru aux éditions la Découverte (traduit en quatre langues) fait le point sur l'impact des "science studies' sur la philosophie des sciences. Il a récemment publié en français Changer de société- refaire de la sociologie, qui présente au public français la sociologie de la traduction (traduit en sept langues). La plupart des ouvrages anglais sont disponibles chez Harvard University Press; la plupart des ouvrages français sont aux éditions La Découverte.
Après avoir été commissaire de l'exposition Iconoclash, il a organisé en 2005 une autre exposition, toujours avec Peter Weibel, au ZKM de Karlsruhe La Chose politique - Atmosphères de la démocratie deux expositions qui ont toutes les deux fait l'objet de volumineux catalogues aux presses du MIT, Cambridge, Mass.
Après avoir fondé le médialab de Sciences Po afin de tirer profit des méthodes numériques pour les sciences sociales, il a créé avec Valérie Pihet le programme expérimental en arts politiques à Sciences Po (SPEAP).
Ayant reçu la subvention de recherche de l'ERC pour une enquête sur les modes d'existence, il est maintenant engagé pour trois ans dans la construction de la plateforme collaborative qui doit permettre à cette enquête de se développer.
Depuis juin 2007, il est président du comité Culture de la Fondation de France.

Prix et Récompenses:

  • 1992: Prix Bernal décerné par la Society for the Social Studies of Science.
  • 1992: Prix Roberval du Livre et de la Communication grand public (pour Aramis ou l’amour des techniques).
  • 1996: Doctorat Honoris causa décerné par l’Université de Lund, Suède.
  • 2005: Chaire Spinoza de l'université d'Amsterdam pour le trimestre de printemps.
  • 2006: Doctorat Honoris causa, Université de Lausanne.
  • 2007: Colloque de Cerisy en juin 2007 à l'occasion de ses 60 ans.
  • 2008: Doctorat Honoris causa, Université de Montréal.
  • 2008: Médaille d'honneur de l'Institut des études avancées de l'Université de Bologne.
  • 2008: Elu membre de l'American Academy of Arts and Sciences.
  • 2008: Récipient du prix Siegfried Unseld (Francfort) pour l'ensemble de son oeuvre.
  • 2008: Doctorat Honoris causa de l'Université de Goteborg.
  • 2009: Doctorat Honoris causa de l'Université de Warwick.
  • 2010: "Prix pour la culture" 2009 de l'Université de Munich.
  • 2010: Nam June Paik Center Award remis en Corée par le Nam June Paik Center, Novembre 2010.
  • 2010: Reçoit la subvention de recherche ERC (European Research Council) pour une enquête sur les modes d’existence (AIME)
  • 2012: Chevalier de la Légion d'Honneur.
  • 2013: Donne les Gifford Lectures en Théologie Naturelle à Edimbourg en Février 2013.
  • 2013: Reçoit le Prix Holberg pour 2013.


 
Publication externe :

Ouvrages de Présentations

  • Georg Kneer, Markus Schroer and Erhard Schüttpelz, Bruno Latours Kollektive. Kontroversen zur Entgrenzung des Sozialen, Suhrkamp, Frankfurt (2007).
  • Graham Harman, Prince of Networks: Bruno Latour and Metaphysics, de-press (2009).
  • Reiner Ruffing, Bruno Latour, UTB Profile, Stuttgart (2009).
  • Arno Bammé, Wissenschaft im Wandel. Bruno Latour als Symptom, Metropolis, (2008).
  • Blok, Anders, and Torben Elgaard Jensen. Bruno Latour - Hybride Tanker I En Hybrid Verden. Hans Reitzels Forlag, Copenhagen, (2009).
  • Schmidgen, Henning (2011) Bruno Latour zur Einführung, Berlin, Junius Verlag.
  • Blok, Anders and Jensen Torben Elgaard (2011) Bruno Latour Hybrid thoughts in a hybrid world, London, Routledge.
 
Curriculum Vitae :
 

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !