L'Economie au défi du Genre

Cous séminaire dans la majeure d'Economie (campus de Paris)
Semestre : Automne
 
Nombre de séances : 12 Nombre d'heures : 24
 
Langue
d'enseignement :
FR
Secrétariat pédagogique :
+ 33 1 45 49 54 77
Méthode pédagogique :
Cour séminaire dans la majeure d’économie
Méthode de validation :
Contrôle continu
Enseignant :
Hélène Périvier
économiste, OFCE-PRESAGE
Résumé du cours :

Le cours propose une réflexion globale sur la façon dont la science économique aborde et traite la division sexuée du travail. La ligne directrice consiste à montrer comment la question des inégalités entre les sexes a été intégrée, ou exclue selon les époques et les penseurs, du champ de l’analyse économique. Les débats entre les économistes classiques à la fin du XIX siècle autour de la restriction du travail des femmes via un encadrement législatif spécifique révèlent des positions différentes qui ne recoupent pas les oppositions épistémologiques traditionnellement mises en évidence dans les manuels d’histoire de la pensée économique. La construction du paradigme de l’homo œconomicus et le développement de la rationalité écarte au départ toute possibilité de penser les rapports sociaux entre les femmes et les hommes. Les évolutions de ce cadre analytique ont permis de conceptualiser certaines problématiques comme la production domestique, avec les travaux de Gary Becker notamment, ou encore les développements théoriques autour du processus de discrimination. Le courant de pensée des économistes féministes s’est constitué en réaction à ces approches et est venue enrichir la discipline. Certains courants ont détourné les outils de l’analyse économique orthodoxe pour mettre en évidence des processus de domination ou d’inégalité. D’autres se sont développés en réaction à un homo œconomicus perçu comme une construction androcentrée, en se parant d’une grille d’analyse différente pour penser les rapports sociaux de sexes. Le cours présente des courants hétérodoxes de la science économique comme par exemple l’institutionnaliste des origines dans une perspective féministe.

Mode de validation :
Continuous assessment
Students are required to participate actively in class discussions and to read a literature review or an essay on a topic of their choice.
Final exam
Conférence de méthode :
Oui
Non
 
Maître de conférence :
 
Lectures principales demandées :
  • Bereni L., S. Chauvin, A. Jaunait, A. Révillard (dir.), Introduction aux Gender Studies, Ouvertures politiques (de Boeck, 2008, Bruxelles).
  • Folbre N., De la différence des sexes en économie politique, (des femmes, 1997, Paris)
  • Folbre N., Greed Lust and Gender, (Oxford University Press, 2009).
  • Peterson J. et M. Lewis (dir.), The Elgar Companion to Feminist Economics, (Edward Elgar publishing, 2004).
  • Becker G. , Treatise on the family, Harvard University Press, expanded edition 1993.
  • Mill J. S, The Subjection of Women, 1871, ebook –Adelaide 2004, http://ebooks.adelaide.edu.au/m/mill/john_stuart/m645s/
  • Pujols M. J, Feminism and anti feminism in early economics though, 1992.
  • Kuiper E. et J. Sap ed., Out of the Margin, Feminist perspective on economics, (Routledge, 1995).
  • Fetherolf Loutfi M ed., Women, Gender and Work, (Genève, ILO, 2001).
  • Ferber A.M. et J. Nelson, Feminist Economics Today : Beyond Economic Man, (Chicago, University Press, 2003).

 

 

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !

 
 
<< Mai 2017 >>
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
 
Il n'y a pas d'événements.
ASSISES DE L'IEC 2017 "Contre le sexisme: corps en action" 23-06-2017

Université Paris Diderot, amphithéâtre Buffon, 15 rue Hélène Brion (Paris 13e), 9h-18h

Les 9es Assises de l’IEC visent à montrer que les actions et les stratégies de résistance au sexisme sont multiformes.

Qu’il soit brutal ou insidieux, le sexisme prend aujourd’hui une importance nouvelle dans des stratégies politiques conservatrices qui manient sans complexe la misogynie, l’homophobie, les attaques contre les acquis féministes et les analyses en termes de genre. Alors que nos sociétés se réfèrent à des valeurs d’égalité, le sexisme est encore et toujours producteur d’inégalités et de discriminations. Parent du racisme, qu’il redouble parfois, il s’appuie, comme ce dernier, sur une représentation caricaturale et essentialiste des corps, qui semblent n’exister que pour incarner une masculinité hégémonique et une féminité soumise, disponible, séductrice. Mais il n’y a pas de fatalité au sexisme, les réponses sont nombreuses et actives