La Science Politique au défi du Genre

Cours séminaire dans la majeure Science Politique (Campus de Paris)
Semestre : Spring
 
Nombre de séances : 24 Nombre d'heures : 12
 
Langue
d'enseignement :
FR
Secrétariat pédagogique :
+ 33 1 45 49 54 77
Méthode pédagogique :
cours séminaire dans la majeure Science Politique
Méthode de validation :
Contrôle continu
Enseignant :
Réjane Sénac
Chargée de recherche CNRS, CEVIPOF / EGERA
Résumé du cours :

Défini comme « une façon première de signifier des rapports de pouvoir » (Scott, 1988), le genre déconstruit une prétendue nature féminine et masculine en historicisant les identités et les rôles sexués et en les associant à une socialisation non pas seulement différenciée, mais inégalitaire. Expression d’un système normatif hiérarchisé et asymétrique, le genre est ainsi éminemment politique. Le défi qu’il lance aux sciences humaines et sociales en général, et à la science politique en particulier, s’articule autour de trois étapes analytiques et/ou chronologiques: le dévoilement de la cécité de ces disciplines à l’égard du genre amenant à la fois à penser le couple sexe/genre comme un objet/sujet d’étude et à repenser « l’ordre sexué » de la discipline. C’est sur ces deux derniers processus que ce cours se concentrera en interrogeant le genre des cadres de pensée « classiques » de la science politique. Après avoir explicité les enjeux terminologiques, nous inscrirons le défi lancé par le genre à la science politique dans l’aventure intellectuelle à laquelle nous convient les historien-ne-s et les sociologues. Nous aborderons ensuite les controverses concernant les usages du genre en science politique pour examiner de quelle manière ils nous invitent à éclairer les sujets dits légitimes et la manière de les aborder, en particulier à travers la relecture des théories du contrat, de la dichotomie public-privé, des tryptiques policy/politics/polity et sexe/race/classe.

Conférence de méthode :
Oui
Non
 
Maître de conférence :
 
Lectures principales demandées :
  • Bereni Laure, Sébastien Chauvin, Alexandre Jaunait, Anne Revillard, Introduction aux gender studies, Manuel des études sur le genre, Bruxelles, de boeck, 2012 (2008).
  • Ballmer-Cao Thanh-Huyen, Véronique Mottier, Lea Sgier (textes rassemblés par), Genre et politique – Débats et perspectives, Paris, Gallimard, 2000.
  • Chabaud-Rychter Danielle, Virginie Descoutures, Anne-Marie Devreux, Eleni Varika (dir.), Sous les sciences sociales, le genre, Paris, La Découverte, 2010.
  • Collin Françoise, Evelyne Pisier, Eleni Varikas, Les femmes de Platon à Derrida – Anthologie critique, Paris, Plon, 2000.
  • Dorlin Elsa (dir.), Sexe, race, classe, pour épistémologie de la domination, Paris, PUF, 2009.
  • Fauré Christine (dir.), Nouvelle encyclopédie politique et historique des femmes, Paris, Les Belles lettres, 2010.
  • Le Bras-Chopard Armelle, Le zoo des philosophes – De la bestialisation à l’exclusion, Paris, Pockett, 2002.
  • Lyndon Shanley Mary, Carole Pateman (ed.), Feminist Interpretations and Political Theory, Cambridge, Polity Press, 1994.
  • Mazur Amy G., Theorizing Feminist Policy, Oxford, Oxford University Press, 2002.
  • Muller Pierre, Réjane Sénac-Slawinski et alii, Genre et action public : la frontière public-privé en questions, Paris, L’Harmattan, 2009.
  • Pateman Carole, Le contrat sexuel, Paris, La Découverte, 2010.
  • Pateman Carole and Charles W. Mills, Contract and Domination, Cambridge, Polity, 2007.
  • Phillips Anne (ed.), Feminism and Politics, Oxford – New York, Oxford University Press, 1998.
  • Sénac-Slawinski Réjane, L’ordre sexué – La perception des inégalités femmes-hommes, Paris, PUF, 2007.
  • Sénac Réjane, L’invention de la diversité, Paris, PUF, 2012.

 

 

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !

 
 
<< Mai 2017 >>
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
 
Il n'y a pas d'événements.
ASSISES DE L'IEC 2017 "Contre le sexisme: corps en action" 23-06-2017

Université Paris Diderot, amphithéâtre Buffon, 15 rue Hélène Brion (Paris 13e), 9h-18h

Les 9es Assises de l’IEC visent à montrer que les actions et les stratégies de résistance au sexisme sont multiformes.

Qu’il soit brutal ou insidieux, le sexisme prend aujourd’hui une importance nouvelle dans des stratégies politiques conservatrices qui manient sans complexe la misogynie, l’homophobie, les attaques contre les acquis féministes et les analyses en termes de genre. Alors que nos sociétés se réfèrent à des valeurs d’égalité, le sexisme est encore et toujours producteur d’inégalités et de discriminations. Parent du racisme, qu’il redouble parfois, il s’appuie, comme ce dernier, sur une représentation caricaturale et essentialiste des corps, qui semblent n’exister que pour incarner une masculinité hégémonique et une féminité soumise, disponible, séductrice. Mais il n’y a pas de fatalité au sexisme, les réponses sont nombreuses et actives