Genre, famille et socialisation politique

Campus de Paris
Semestre : Automne
 
Nombre de séances : 12 Nombre d'heures : 24
 
Langue
d'enseignement :
FR
Secrétariat pédagogique :
Méthode pédagogique :
enseignement électif
Méthode de validation :
Résumé du cours :

Descriptif du cours

L'objectif est de conduire les étudiants à découvrir un champ de la science politique spécifique : la socialisation politique familiale, et à le discuter en se saisissant des apports des études de genres et des résultats de la sociologie de la famille. Plusieurs questions qui naissent du décalage entre ces différents champs des sciences sociales seront explorées : - La socialisation politique dans les familles nucléaires ? monoparentales ? recomposées ? homoparentales ? - Le rôle des femmes dans la transmission du politique ? - La socialisation politique familiale enfantine genrée L'étude des travaux fondateurs, des controverses qui traversent ce champ et des travaux empiriques récents seront au cœur de cet enseignement.

Mode de validation

- Lecture et participation (25%) : A chaque séance, un élève présentera le texte à lire (par tous) et engagera avec la classe une discussion. La participation globale contribuera à cette note. - Rédaction d'un essai à rendre pour la séance 10 (35%) - Examen final (1h) lors de la dernière séance. (40%)

Conférence de méthode :
Oui
Non
 
Lectures principales demandées :

Lectures principales demandées

  • Percheron, Annick. La socialisation politique. Paris : Armand Colin, 1993.
  • Clair Isabelle, Sociologie du genre, Paris, Armand Colin, 2012, coll. « 128 ».
  • Singly (De) François. Sociologie de la famille contemporaine. 3e éd., Paris : Armand Colin, Collection 128, 2007.
 

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !

 
 
<< Mai 2017 >>
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
 
Il n'y a pas d'événements.
ASSISES DE L'IEC 2017 "Contre le sexisme: corps en action" 23-06-2017

Université Paris Diderot, amphithéâtre Buffon, 15 rue Hélène Brion (Paris 13e), 9h-18h

Les 9es Assises de l’IEC visent à montrer que les actions et les stratégies de résistance au sexisme sont multiformes.

Qu’il soit brutal ou insidieux, le sexisme prend aujourd’hui une importance nouvelle dans des stratégies politiques conservatrices qui manient sans complexe la misogynie, l’homophobie, les attaques contre les acquis féministes et les analyses en termes de genre. Alors que nos sociétés se réfèrent à des valeurs d’égalité, le sexisme est encore et toujours producteur d’inégalités et de discriminations. Parent du racisme, qu’il redouble parfois, il s’appuie, comme ce dernier, sur une représentation caricaturale et essentialiste des corps, qui semblent n’exister que pour incarner une masculinité hégémonique et une féminité soumise, disponible, séductrice. Mais il n’y a pas de fatalité au sexisme, les réponses sont nombreuses et actives