Violences au sein du couple et santé publique : un mariage réuss

Catherine Cavalin
Résumé :

Les violences « conjugales » sont souvent désignées aujourd’hui comme violences « au sein du couple », l’ouverture du mot « couple » laissant entendre que toute forme d’union – hétérosexuelle ou homosexuelle, durable ou non, consacrée par un statut marital légal ou non, avec ou sans cohabitation des conjoints – mérite examen sur la question des violences, pour la recherche comme pour l’action publique. Selon les termes de la loi française n° 2010-769 du 9 juillet 2010, les « violences dans le couple » sont en outre souvent envisagées à travers leurs « incidences […] sur les enfants » et les « violences faites spécifiquement aux femmes ».

Ces associations entre la dimension conjugale, l’implication des enfants comme victimes directes ou associées aux actes de violence survenant entre des adultes ayant charge de leur éducation, et les « violences de genre » (gender-based violence) prennent place dans le cadre, plus large encore, d’une analyse des « violences interpersonnelles » que la santé publique et l’épidémiologie ont depuis quelque vingt ans investies par d’importants efforts de recherche et d’action.

 

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !