Regrouper et séparer : la participation des femmes

Regrouper et séparer : la participation des femmes

Marie Saiget
Résumé :

Regrouper et séparer : la participation des femmes comme mode d’empowerment en contexte d’après-guerre

Marie Saiget est, depuis 2011, doctorante en science politique à l’Institut d’Études Politiques de Paris, rattachée au Centre d’Études et de Recherches Internationales (CERI), ancienne allocataire de l’Institut Émilie du Châtelet et actuellement A.T.E.R. à l’Université Lille 2/CERAPS. Ses recherches portent sur les programmes internationaux et la politisation de l’action collective féminine au Burundi. Elle a publié chez L’Harmattan en 2012 un ouvrage tiré de son mémoire de recherche : L’ONU face aux violences sexuelles de son personnel : crise de crédibilité et changement en organisation internationale.

marie.saiget@sciencespo.fr

Cet article se propose d’étudier les effets des dispositifs mis en place par les acteurs internationaux, ici les « groupes de solidarité » de l’ONG CARE International dans le Burundi d’après-guerre civile, sur les formes de participation politique des femmes au niveau communautaire. Favorisent-ils l’empowerment politique et social de groupes sociaux marginalisés, ici les femmes, en contexte d’après-guerre ? Je montre que les dispositifs étudiés, en organisant le regroupement des femmes et la non-mixité, créent de l’empowerment politique sans néanmoins participer d’une transformation des structures sociales.


 

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !