Pratiques de l’espace hospitalier par les religieuses au XIXe

Pratiques de l’espace hospitalier par les religieuses au XIXe

Anne Jusseaume
Résumé :

Au XIXe siècle, les sœurs hospitalières, bien que théoriquement séparées du monde et disposant d’espaces et de temps propres à leur vie religieuse, sont pourtant quotidiennement au contact d’ecclésiastiques, d’hommes et de femmes laïques qu’ils soient malades ou personnels hospitaliers. Il ne s’agit pas ici de questionner la clôture avec le monde extérieur, ou l’enfermement des sœurs et des malades au sein des hôpitaux, déjà abordés par l’historiographie, mais plutôt de déplacer le regard vers l’intérieur de l’hôpital pour observer comment l’espace est utilisé par les sœurs, et peut être le lieu de réalisation d’un entre-soi féminin et religieux. À travers le cas particulier des sœurs de Sainte-Marthe, officiant dans plusieurs grands hôpitaux parisiens, l’article examine en quoi un conflit autour de leur espace, redoublant un conflit religieux avec l’aumônier de l’hôpital, leur permet d’affirmer leur entre-soi au sein de l’hôpital de la Pitié. Le processus de laïcisation dans le dernier tiers du XIXe siècle, sous la Troisième République, interroge à nouveau, à partir du parcours de quelques sœurs, la force de l’entre-soi religieux et féminin face à leur identité hospitalière.

 

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !