CR "L'égalité introuvable

Résumé :

Lépinard Éléonore, L’Égalité introuvable : la parité, les féministes et la République, Paris, Presses de Sciences Po, 2007, 293 p.1

Le 8 juillet 1999, la loi constitutionnelle ajoutant à l’article 3 de la Constitution de 1958 la phrase « la loi favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives » était adoptée à une très large majorité, alors que deux ans plus tôt les trois quarts des députés se déclaraient encore opposés à la parité – de même qu’une fraction importante du mouvement féministe. Toutefois, en dépit de ce consensus apparent, si l’on en juge par le rythme – pour le moins modéré – de la progression du nombre de femmes élues au sein des assemblées législatives nationales depuis la mise en oeuvre de la réforme, tout se passe comme si la légitimation accomplie de la parité avait pour corollaire son inefficacité relative. C’est à l’éclaircissement du rapport entre les deux termes de cette équation paradoxale que s’attelle Éléonore Lépinard dans cet ouvrage original et stimulant, qui, à la suite d’autres travaux relevant de la sociologie des espaces publics2, entreprend d’examiner successivement les mises en forme spécifiques de l’objet considéré dans des arènes plus ou moins larges, à travers un va-et-vient très maîtrisé entre différentes échelles d’analyse. [...]

 

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !